Dorothea Lange


Journalisme, Social / jeudi, avril 30th, 2020

Issue de la seconde génération d’immigrants allemands aux Etats-Unis, Dorothea Lange de son vrai nom Dorothea Margaretta Nutzhorn est né le 26 mai 1895 à Hoboken dans le New Jersey. Lycéenne à la Wadleigh High Scholl de New York, Dorothy Nutzhorn décide à dix-huit ans de devenir photographe par la voie commune de l’époque, en assistant des professionnels, notamment Arnold Genthe. La formation d’institutrice à la Training School of Teachers de New York, qu’elle suit pour rassurer les siens, ne la détournera pas de son projet, qu’elle conforte en suivant en 1917 les cours de photographie de Clarence White à la Columbia University. Le voyage qu’elle entreprend l’année suivante avec une amie dans le dessein de découvrir le monde tourne court : victimes d’un vol à San Francisco, les deux jeunes femmes y arrêtent leur périple. L’incident est profitable à Dorothea qui trouve un emploi de retoucheuse dans un magasin de photographie où on lui confie bientôt la réalisation de portraits commerciaux.  L’élève de Clarence White se souvient des leçons du pictorialisme et connaît un succès instantané avec ses portraits nimbés de mystère, dont le léger flou séduit et flatte la clientèle fortunée de San Francisco, avant de s’ouvrir aux célébrités, artistes et intellectuels.

White Angel Breadline (1933)

Quelques années plus tard, à San Francisco, Dorothy Nutzhorn ouvre son propre studio dans Sutter Street, une des rues les mieux fréquentées de la ville. D’origine modeste elle voulait faire des photos de gens modestes, à commencer par les personnes qu’elle connaissait. Elle apprend ainsi sur la nature humaine et saura passer de la chambre noire au tréfonds des gens, saisir les situations pathétiques des gens, en leur restituant dignité et courage.

« J’ai réalisé que je photographiais les seules personnes qui m’ont payée pour cela. Cela m’a dérangé. Alors j’ai fermé ce lieu, et démonté ma chambre noire. Je me suis demandé : qu’est-ce que j’essaie de dire? J’ai vraiment voulu me regarder en face. »

Mais quelques années plus tard, sortant du ghetto douillet de son studio elle va descendre dans la rue, suite au traumatisme de la Grande Dépression. Elle ne voulait pas être indifférente envers les exclus, frappés par le choc du krach boursier de 1929, conduisant à une crise économique sans pareille. Et pour que les gens prennent conscience de la tragédie de millions de personnes, jetées hors de leur champ, bannies hors de leur maison, affamées, humiliées, Dorothea Lange va se servir de son appareil « comme une machine à tuer les indifférences ».

Migrant Mother, sans aucun doute la photo la plus célèbre de Dorothea Lange

Ses travaux les plus connus ont été réalisés pendant la Grande Dépression dans le cadre d’une mission confiée par la Farm Security Administration (FSA, organisme créé afin d’aider les fermiers les plus pauvres touchés par la Grande Dépression). En effet, elle sera remarquée en 1935 par la Resettlement Administration appelée plus tard FSA. Elle publie dans le San Francisco News ses clichés de la pauvreté et de la détresse qui touchent une partie de la population américaine.

Elle a continué à travailler pour cet organisme jusqu’en 1942. Mais suite à de profonds désaccords idéologiques avec le gouvernement américain, Dorothea décide en 1943 de démissionner de ses fonctions.

Série de photos réalisée par Dorothea Lange en 1936

La maladie l’empêchera de travailler de 1945 à 1951, puis elle réalise des photographies des Mormons et de la vie rurale en Irlande pour des articles de 1954 et 1955. En 1955, elle publie des articles pour le magazine Life avec Ansel Adams et jusqu’en 1957, elle fait une étude sur le système judiciaire en Californie.

En 1958-9, elle travaille en Asie orientale et en 1960 en Amérique du Sud, Venezuela, Équateur. Elle a aussi travaillé en Égypte et le Moyen-Orient, Syrie, Irak, en 1962.

Elle décède, épuisée et malade, à 70 ans, atteinte d’un cancer à l’œsophage, le 11 octobre 1965 dans sa chère ville de San Francisco.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *