#1 Make business great again: Ben & Jerry’s


Alimentation, Make business great again !, Politique, Social / jeudi, mars 5th, 2020

Elue « meilleures crèmes glacées du monde » en 1981 par The Time, Ben & Jerry’s ne se contente certainement pas d’être le sponsor officiel de chacune de nos déceptions amoureuses. Dans cet article, je te propose un focus sur la marque, son histoire, mais surtout ses engagements sociaux et environnementaux.

Genèse d’un acteur économique engagé

En 1978, Ben Cohen et Jerry Greenfield, deux amis de longue date, décident d’ouvrir leur première boutique de crème glacée dans une ancienne station essence, dans le Vermont. Un an plus tard, ils créeront déjà un de leurs événements phares : la journée de la glace gratuite.

credits : B&J

L’engagement chez Ben&Jerry’s, ça ne date pas d’hier : dès 1985 est créée la fondation éponyme, dans laquelle 7,5% des bénéfices annuels de l’entreprise avant impôts sont reversés, en 1989, B&J s’oppose à l’hormone de croissance recombinante bovine, en 1990 ils soutiennent Farm Aid, dont la mission est d’aider les familles d’exploitants agricoles à rester sur leurs terres.

Mais en 2000, c’est le drame, Ben&Jerry’s devient une filiale à 100% d’Unilever, tout le monde pense alors que la marque va rentrer dans les rangs et faire de l’accumulation de capital sa raison d’être. Il n’en est rien : grâce à un contrat d’acquisition unique, un conseil d’administration indépendant est créé. Le seul but de celui-ci est de garantir l’indépendance de la marque, c’est-à-dire de continuer à développer sa mission sociale et son intégrité.

Ben&Jerry’s n’est plus la petite marque de crèmes glacées, c’est désormais un empire bien établi, présent dans plus de 38 pays. Elle joue de cette notoriété pour s’attaquer à de nouveaux problèmes aussi bien sur sa terre natale, aux Etats-Unis, que partout en Europe.

Petit tour d’horizon des actions menées depuis 2004

Actions sociales :
– 2004 : Rock the Vote, pour encourager la participation des jeunes au scrutin ; inscription de plus de 11 000 personnes sur les listes électorales en 1 jour
2007 : Action ou vérité, action contre l’U.S Food & Drug Administration qui a déclaré que la viande et le lait issus d’animaux clonés étaient propres à la consommation. Pour se révolter contre ces propos, B&J a organisé une manifestation avec des gens déguisés en vaches à Washington D.C.
2011 : Occupy, le conseil d’administration défend le mouvement de révolte contre les inégalités via une déclaration de solidarité
2016 : Black Lives Matter, défense du mouvement
2018 : Start with a Friend, initiative en Allemagne dont le but est de créer 1000 tandems entre un réfugié et un local

credits : B&J

Actions environnementales :
– 2005 : se prononce contre une proposition de forage pétrolier dans la réserve nationale de l’arctique
2006 : passage au commerce équitable
– 2010 : engagement pour le commerce équitable
– 2013 : B&J prend l’engagement qu’à terme plus aucun de leurs ingrédients ne soit issu d’OGM

Proximité et transparence

Si Ben&Jerry’s s’attache à faire le bien autour d’elle, elle veut aussi ce qu’il y a de meilleur pour ses employés. Il suffit de jeter un coup d’œil sur le site de l’entreprise, pour se rendre compte qu’elle n’est pas comme n’importe quelle entreprise. En effet, on y trouve une présentation détaillée de chaque membre du conseil d’administration. Ici il n’est pas question de diplômes, de formations, mais plutôt du parfum de glace préféré, du film favori, ou encore de la citation qui les inspire.

Présentée par Challenges comme « l’extraterrestre dans la galaxie policée du groupe Unilever », les locaux ressemblent plus à une salle de jeu qu’à des bureaux. Le responsable R&D s’appelle Sherlock Cones, CEO ne signifie pas Chief Executive Officer mais Chief Euphoria Officer, les salles de réunion portent toutes le nom d’un parfum de glace… Au-delà de ces petites actions symboliques, B&J prend le bien-être de ses employés très au sérieux, notamment en ce qui concerne sa politique familiale, là où aux Etats Unis, la loi prévoit six à huit semaines de congé de maternité payées à 62%, B&J paye 10 semaines de congé payés à 100% à ses employées, met à disposition une salle de lactation, la « Milky Way » et une salle de jeux pour les enfants quand il n’y a pas école. En outre, il existe un comité d’entreprise qui s’occupe des événements internes à l’entreprise, le Joy Gang. Ce dernier organise le Pyjama Day, la chasse aux œufs, Halloween, et toutes les fêtes célébrées au moins par un des membres de l’entreprise. Par exemple, ils célèbrent le Queen’s day hollandais car un des membres de l’équipe est originaire des Pays-Bas. Enfin, pour rester en cohérence avec leurs actions extérieures, il est exigé des employés de Ben&Jerry’s qu’il consacre une quarantaine d’heures par an, payées par l’entreprise, à l’activité au service de la collectivité de leur choix (don du sang, cours de maths à des élèves en difficulté, …).

L’entreprise est transparente sur ses actions menées, elle met à disposition de tout le monde ses rapports RSE année après année, rapport qui s’attache à faire le point sur les objectifs de l’année écoulée, ce qui a été bien fait, ce qu’il faut encore améliorer et surtout ce qu’il faut atteindre pour l’année suivante. Par exemple, le plan 2019-2021, qui fixe 6 objectifs majeurs :
– Etablir une concertation partagée
– Etendre & renforcer les partenariats stratégiques
– Augmenter la diversité au sein de l’entreprise
– Etendre les connaissances internes
– Engager notre communauté de fans dans nos actions en faveur de plus de justice sociale & environnementale
– Atteindre l’égalité sociale à l’échelle de la compagnie
Bien plus que de fixer des objectifs, le rapport dit comment ces objectifs doivent être atteints, quels sont les points à mettre en exergue…

L’entreprise est convaincue que c’est en aidant à chaque maillon de la chaîne, de la production des matières premières nécessaires pour fabriquer leurs crèmes glacées, jusqu’à la consommation, en passant par la distribution et la vente, que les choses avanceront ! C’est ainsi qu’elle aide les fermiers chez qui elle s’approvisionne en œufs à passer à des pratiques plus durables, qu’elle travaille avec des boulangeries qui donnent du travail et des formations professionnelles à des personnes en réinsertion. En termes d’environnement, l’entreprise est consciente de son impact, elle travaille pour réduire son empreinte carbone : elle renvoie ses déchets de laiterie des usines vers les fermes qui la fournissent en lait, pour qu’ils soient mis dans des méthaniseurs, pour générer de l’énergie qui alimente les fermes en électricité, elle utilise des conditionnements éco-responsables (en carton certifié forest stewardship council). C’est ce que Ben&Jerry’s appelle le modèle de prospérité mutuelle.

Sources :
https://www.challenges.fr/entreprise/comment-vit-on-chez-ben-jerry-s_7636
https://www.benjerry.fr/valeurs
https://www.benjerry.com/about-us/sear-reports/2018-sear-report

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *